In Extenso : “La digitalisation devient un critère de valorisation des entreprises”

28 June 2021

Marc Sabaté, Associé-fondateur, Directeur Général de In Extenso Finance & Transmission fonde son action sur deux axes : la technique et l’humain. Il revient sur la place centrale des outils digitaux dans son activité d’accompagnement des PME. Au cœur des enjeux : être présent dans les moments de vie essentiels dans une entreprise.

Vous êtes l’un des cofondateurs d’In Extenso Finance & Transmission qui a vu le jour en 2011. Quels ont été les moteurs et ambitions de ce projet ?

Avec Christophe Estivin, nous avons fondé In Extenso Finance & Transmission après avoir fait l’acquisition d’une entreprise en 2011 avant d’intégrer le groupe In Extenso en 2013. Au début de notre aventure en 2011, nous générions un chiffre d’affaires de 600.000 €. L’an passé, il atteignait 7 millions d’euros. Le moteur de notre vision, c’était la nécessité de repenser le modèle de la banque d’affaires. Notre projet consistait à implanter une activité de conseil financier à 360° en région pour les PMEs, qui sont le cœur de l’économie française. Nous souhaitions apporter aux dirigeants propriétaires de ces entreprises les services de conseil auxquels ils n’avaient plus accès auprès des banques. Notre idée était d’être à leurs côtés dans toutes les opérations clés de la vie d’une entreprise : achat, vente, croissance externe, transmission… Ces moments de vie doivent faire l’objet d’un accompagnement particulier. In Extenso, avec son offre d’expertise comptable, offrait un continuum très pertinent avec l’offre que nous développions.

Quelle place la digitalisation a-t-elle joué dans le succès de votre entreprise ?

Notre métier est très technique car il repose sur de l’ingénierie financière, mais il est aussi très humain. Nous nous appuyons sur quatre plateformes d’expertise technique réparties en France (Villeurbanne, Boulogne, Angers et Montpellier) et sur nos relais de terrain. La digitalisation est au cœur du dispositif. Dans le secteur des fusions et acquisitions, notre matière première, c’est la donnée. Un minerai précieux qu’il faut raffiner pour comprendre et analyser toujours plus vite une situation, un écosystème afin de détecter des opportunités, faire naître des synergies, trouver des relais d’optimisation…

La question de la digitalisation ne se pose plus car elle constitue le socle indispensable de l’archivage, la transmission, l’optimisation et le traitement de la donnée.

Parce que nos métiers nous imposent d’être pragmatiques et efficaces, nous cherchons toujours des leviers d’amélioration dans notre traitement de l’information, et évoluons naturellement vers toujours plus de numérique. Nous veillons à rester agiles, nous testons, nous adoptons une démarche laboratoire pour détecter des solutions qui permettent à nos équipes d’être toujours plus performantes pour nos clients.

Pensez-vous que le niveau de digitalisation des entreprises deviendra un critère clé de leur valorisation ?

C’est une certitude. L’année 2020 a remis en exergue que la valeur d’une entreprise réside dans sa capacité à résister face aux coups durs. Or, les outils digitaux ont joué un rôle majeur dans l’agilité des entreprises au plus fort de la crise sanitaire. Assurer la continuité de l’activité quand tout est remis en cause, est une force. A titre d’exemple, les quelques 5000 collaborateurs du groupe In Extenso ont basculé en télétravail en 24 heures pour garantir la proximité avec les clients quoi qu’il arrive. Alors que la relance économique va être au centre de tous les enjeux, les sociétés qui seront les plus avancées dans la transformation numérique auront un avantage considérable et se révèleront d’autant plus attractives.

Digitalisation des processus Financiers – Approches & besoins à fin 2022