Sommaire

Comment faire face à une pression croissante sur les marges pour optimiser la stratégie financière des ETI

Difficulté de recrutement

Les entreprises, et notamment les ETI, sont aujourd’hui confrontées à un contexte économique particulièrement inflationniste.

Le coût de nombreuses matières premières a augmenté de manière significative. Les dépenses d’énergie ont également connu une très forte hausse. Un ensemble d’éléments doivent donc être mis en place pour optimiser la stratégie financière des ETI.

Une autre problématique majeure est liée à l’évolution de la masse salariale. Avec le retour de l’inflation, il existe une attente sociale forte vis-à-vis d’augmentations pérennes. Celle-ci concerne l’ensemble de l’économie, même les secteurs qui sont en déclin et qui ont du mal à y faire face. Les organisations syndicales ne peuvent plus accepter la politique de gel appliquée depuis quelques années.

Certaines entreprises sont de plus confrontées à des difficultés de recrutement. En effet, celles-ci les obligent à revaloriser leurs conditions de rémunération pour attirer des candidats. Cette situation peut être source de tensions en interne, créant des déséquilibres entre les fonctions. En renchérissant de manière importante le coût de la main d’œuvre, elle peut également mettre en péril le mouvement de retour au « made in France » constaté avec la crise sanitaire.

Réajustement des prix

En France, rares sont les commerciaux qui ont connu une inflation forte. Il faut donc faire preuve de pédagogie pour les aider à appréhender ce nouvel environnement. Contrairement à ce qui était initialement envisagé, celui-ci pourrait durer au-delà de quelques mois. Les équipes doivent comprendre qu’il ne suffit plus de faire progresser les ventes.

Si les prix ne sont pas réajustés, il n’y a pas de véritable croissance. Il devient essentiel de réussir à répercuter les hausses de charges sur les clients en procédant à des actualisations régulières de tarifs.

L’objectif n’est pas d’augmenter les marges, mais uniquement de les préserver. L’équilibre n’est toutefois pas facile à trouver pour les entreprises qui ne disposent pas d’une clientèle captive. En effet, le risque se trouve dans le fait de perdre des parts de marché.

Investir pour répondre aux enjeux et optimiser la stratégie financière des ETI

Accélération des investissements

Globalement, malgré les incertitudes du contexte actuel, les ETI ne semblent pas freiner leurs investissements. Au contraire, un certain nombre d’entre elles cherchent à les accélérer.

Beaucoup de secteurs profitent d’un rebond de la demande qui tire leur croissance, qui dégage des marges de manœuvre pour préparer l’avenir et innover. La difficulté peut cependant être de prioriser, surtout quand les moyens humains sont limités et que les outils de pilotage ne sont pas les plus performants.

Certaines ETI profitent d’avoir de la trésorerie pour accompagner leurs fournisseurs et nouer avec eux des partenariats plus étroits. Dans un marché très tendu où les pénuries se multiplient, elles souhaitent ainsi assurer la fluidité de leur supply chain et maintenir leur taux de service.

D’autres entreprises anticipent des investissements qu’elles avaient prévu d’étaler dans le temps. Leur objectif est à la fois d’échapper aux futures hausses de prix, appliquées par les fournisseurs, et d’éviter que ces derniers ne puissent pas satisfaire leurs commandes à cause de problèmes d’approvisionnement.

Investir pour augmenter sa productivité

Beaucoup d’investissements visent à moderniser les outils de production et à automatiser. Cela dans le but de réduire les interventions manuelles sans valeur ajoutée.

Il est indispensable de gagner en productivité pour réussir à préserver la rentabilité. Se doter de systèmes souples et agiles est également un moyen de s’adapter plus facilement à un contexte de plus en plus volatil.

La prise en compte de la RSE apparaît aussi comme un élément clef. En effet, elle assure la pérennité de l’activité en répondant aux enjeux de société. Elle attire aussi les talents, y compris les profils les plus recherchés.

La digitalisation financière du « Procure to Payment » (P2P) et de l’Order to Cash (O2C) ainsi que l’automatisation des processus industriels permettent d’augmenter la productivité, d’améliorer la rentabilité des activités, de renforcer l’analytics et le prévisionnel et de répondre aux nouvelles exigences de la RSE et du reporting financier.

Sur le même sujet :