La montée en puissance de la blockchain dans les processus RH

14 décembre 2020

Featured-Image_Blog_La montée en puissance de la blockchain_FR

La blockchain est un système de registre distribué et réputé inviolable dans lequel sont enregistrées toutes les transactions effectuées entre ses utilisateurs. Les échanges sont effectués sans organe de contrôle central. Les deux entités impliquées dans une transaction (personnes ou organisations) sont représentées par des clefs numériques. Dans l’optimisation des processus RH, la blockchain va être amenée à occuper une place de plus en plus grande. 

Les transactions successives sont regroupées par blocs et validé par le réseau lui-même selon un protocole qui dépend du type de blockchain. Dans un contexte où 97% des responsables RH consultés par Markess by exægis soulignent l’importance de garantir la confidentialité des données des collaborateurs de l’entreprise, le mariage entre la blockchain et les processus RH prend tout son sens. 

La blockchain possède un autre intérêt, celui de contribuer à créer un modèle d’entreprise moins hiérarchisé et plus transversale. Un système où la blockchain permettrait d’optimiser la collaboration transversale en favorisant et en accélérant le partage des données. Cette démarche s’inscrit donc dans une volonté d’optimiser l’implication du collaborateur dans l’entreprise et de développer son sentiment d’appartenance à l’organisation. Ainsi, si seulement 6% des répondants projetaient d’investir dans cette technologie en 2017, ils sont 47% à la considérer comme utile voire incontournable en 2020.

De manière plus générale, la blockchain pourrait également optimiser le processus de recrutement, déjà profondément modernisé par le digital durant le confinement. Cette technologie pourrait permettre de vérifier de manière plus efficace les données des candidats en croisant les sources de différents serveurs.

À titre d’exemples, la généralisation de la signature électronique, dont l’importance va s’amplifier avec la crise sanitaire, bénéficie aujourd’hui des technologies de blockchain, moins onéreuses et contraignantes que les technologies traditionnelles.

La signature électronique permet entre autres d’accélérer la réalisation de certains processus en facilitant la signature de certains documents (le solde tout compte dans le processus d’offboarding par exemple). La numérisation ou l’horodatage de documents comme les factures est optimisée par l’utilisation de la blockchain.