Focus : Tout savoir sur le financement de la croissance des ETI

9 mars 2021

Les ETI sont confrontées en permanence à de nouveaux enjeux de concurrence, d’innovation et de développement international. Retour sur les leviers de croissance des ETI.

1. L’enjeu

Les ETI sont confrontées à des difficultés propres à leur taille. Trop grandes pour bénéficier des solutions de financement et d’accompagnement à destination des PME, elles sont d’une envergure trop modeste pour disposer des ressources financières suffisantes pour auto-financer intégralement leur croissance.

2. Portrait-robot d’une ETI

Selon la loi de modernisation de l’économie (LME), une « entreprise de taille intermédiaire » (ETI) est une entreprise qui n’appartient pas à la catégorie des PME. Son effectif est inférieur à 5 000 personnes et son chiffre d’affaires annuel n’excède pas 1,5 milliard d’euros ou son total de bilan n’excède pas 2 milliards d’euros.

3. Les ETI en chiffres

Selon l’INSEE, la France compte 5 700 entreprises de taille intermédiaire (ETI). Les ETI représentent au total 3,258 millions d’emplois (équivalent temps plein).

L’INSEE révèle par ailleurs que 1 482 ETI sont sous contrôle étranger, soit 26 % du total.

Selon l’Observatoire du financement des entreprises 2019, les ETI se distinguent par leur orientation industrielle. 34,5 % des salariés des ETI travaillent dans l’industrie contre 32 % dans les activités de commerce, transport, hébergement et restauration.

Dans l’échantillon de l’enquête ETI 2020 de BPI France, 34% des dirigeants ont plus de 60 ans et 18% plus de 65 ans.

Les ETI dans la zone EU-4 (Royaume-Uni, Allemagne, France et Italie) génèrent 30% des revenus du secteur privé et emploient environ un tiers de la main-d’œuvre de chaque pays. Elles apportent ainsi près de 1 111 milliards d’euros au PIB de l’UE-4.

4. Des besoins de financement spécifiques

La question de l’accès au financement est une problématique récurrente. Ce besoin de financement est indissociable de la notion de croissance, animée par 4 impératifs courants : 

  • Répondre au besoin en fonds de roulement d’exploitation reflète un besoin de financement à court terme de l’entreprise pour assurer la continuité de son activité.
  • Inscrire l’ETI sur le long terme en investissant sur la Recherche et le Développement.
  • Accompagner la croissance de l’entreprise en faisant évoluer ses infrastructures et outils de production afin de s’imposer sur de nouveaux marchés.
  • Procéder à des fusions et acquisitions pour élargir le spectre des activités ou atteindre la taille critique nécessaire pour gagner des parts de marché sur un secteur concurrentiel et accélérer les opportunités de croissance des revenus.

5. Choisir le financement adapté : 5 pistes

  • L’autofinancement
    Les flux de trésorerie d’exploitation des ETI permettent largement d’autofinancer les investissements (corporels et incorporels, nets des cessions d’actifs), puisque ces derniers n’absorbent, selon les estimations de la Banque de France, que la moitié des flux de trésorerie.

  • Dette bancaire
    La part du financement par crédit bancaire est encore forte dans les stratégies de croissance des ETI. Elle est pourtant en baisse sensible depuis une dizaine d’années. Les taux d’obtention de crédit sont généralement plus élevés pour les ETI que pour les PME. Les ETI bénéficient par ailleurs de taux d’intérêt sensiblement inférieurs à ceux des PME.
  • Euro PP
    Pour le financement à court et moyen terme, les ETI peuvent recourir au marché français des titres de créances négociables. Pour le moyen et long terme, les ETI ont notamment accès depuis 2012 au marché des Euro PP (Euro Private Placements). Plus de 70 émissions sur le marché des placements privés européens ont été réalisées en 2019, pour un total estimé à près de 5 milliards d’euros.
  • Levée de fonds / Capital-Investissement
    Le principe de la levée de fonds consiste à s’appuyer sur des investisseurs extérieurs pour apporter les fonds nécessaires au développement d’une entreprise. Lors de la levée de fonds, les investisseurs entrent au capital de l’entreprise. Le terme de capital-investissement concerne l’investissement dans des sociétés non cotées en bourse.
  • Entrée en bourse
    Également appelée IPO, l’introduction en bourse prend la forme d’une cession d’actions auprès d’investisseurs institutionnels et particuliers. L’IPO demeure un processus complexe qui permet néanmoins de financer la croissance par un afflux important de capitaux.

6. Croissance des ETI : et demain ?

La crise sanitaire a impacté le monde des ETI sans pour autant remettre en cause durablement leur croissance. Si l’on s’en réfère aux données publiées par la Banque de France, une ETI sur deux déclare avoir demandé des lignes de crédit au quatrième trimestre 2020. Parmi les sociétés ayant eu recours à ce mode de financement, près de 52 % ont utilisé leur possibilité de tirage durant les trois derniers mois, contre 56 % au trimestre précédent. En parallèle, les ETI se sont également financées sur le marché de la dette privée.

Cas d’usages Finance : simplifiez la gestion de la complexité Finance