Sommaire

La crise de la Covid-19 n’est pas encore terminée que déjà les entreprises doivent affronter une crise géopolitique en Ukraine. Ce contexte difficile semble s’installer durablement et risque d’impacter la croissance.

Au sein de l’entreprise, le directeur financier est en première ligne pour affronter ces nouveaux défis. En effet, il appartient aux directions financières de mettre en place les outils pour faire face à la flambée des prix des matières premières, à l’accélération de l’inflation et aux problèmes logistiques déjà engendrés par la crise sanitaire.

Par ailleurs, la prise en compte de la réalité du réchauffement climatique, engendre de nombreuses lois, indispensables, mais générant de nouvelles contraintes pour les entreprises.

De plus, les équipes financières doivent faire face à un environnement réglementaire de plus en plus complexe, en particulier dans le domaine de la fiscalité.

Cette convergence de sujets incite les DAF à accélérer la transition digitale et à rechercher encore plus d’agilité. Pour cela, ils privilégient les solutions qui renforcent le pilotage de la performance, les capacités d’analyses prévisionnelles et la gestion des risques.

Aujourd’hui, les directions financières doivent avancer sur tous les fronts : optimisation de la trésorerie, évolution des processus, mise en place de tableaux de bord et de reporting financier pertinents, implémentation des nouveaux usages, accompagnement de la stratégie RSE…

Pour cela, ils sont à la recherche d’outils logiciels toujours plus performants.

Pour les Directeurs Financiers, 2023 se révèle être l’année de tous les dangers, mais aussi de toutes les opportunités.

Découvrez les enjeux clés pour les directions financières et comment y répondre. 

1. Optimiser la trésorerie

La crise sanitaire de la Covid-19 a mis en évidence l’importance cruciale d’une trésorerie saine et d’une gestion solide du cash.

Après ces années difficiles, le retour à la stabilité se fait encore attendre. En temps de crise, la sécurisation du cash-flow est essentielle à la performance de votre entreprise et à sa pérennité.

Un pilotage rigoureux de la trésorerie grâce aux outils de modélisation permet d’anticiper les arbitrages indispensables et la maîtrise du besoin en fond de roulement (BFR). Ainsi, vous identifiez à temps les besoins et modes de financement et êtes en mesure de réorienter rapidement les dépenses.

En effet, c’est la bonne gestion du cash qui donne le temps de s’adapter et de réagir rapidement.

En résumé, l’optimisation de la trésorerie nécessite une bonne planification des besoins, un suivi régulier et un processus de décision efficace.

Pour cela, la mise en place d’outils performants de prévisionnels de trésorerie est indispensable.

2. Construire les capacités d’analyse pour anticiper les risques

Il est indispensable de disposer d’une information fiable est clé pour construire une vision représentative de la situation économique de l’entreprise.

Des données précises, disponibles en temps réel, sont essentielles pour construire un processus budgétaire solide. Ces data doivent être à la fois complètes, intègres, actualisées, interprétables, comparables, disponibles et communes à toutes les entités de l’entreprise.

Une solution performante de consolidation des données et de reporting en est le socle.

C’est pourquoi, les DAF entreprennent maintenant des projets de refonte des processus et des systèmes de pilotage de la performance. Ils souhaitent optimiser leur visibilité et anticiper pour réduire les risques dans la prise de décision.

Trop souvent encore, les dirigeants d’entreprises doivent prendre des décisions structurantes en s’appuyant sur des données inexactes ou incomplètes.

Disposer d’informations à jour et vérifiées est un enjeu vital. C’est pourquoi les directions financières cherchent à s’équiper de solutions de reporting financier. Les solutions de visualisation et des modules de BI (Business Intelligence) renforcent ces outils d’analyse.

3. Accélérer la transition digitale

La crise de la Covid-19 a agi comme un révélateur.  De nombreuses entreprises ont été soudainement confrontées à la difficulté de payer leurs fournisseurs ou d’être payées. Toutes ont dû réviser le fonctionnement et la structure de leurs systèmes d’information. L’organisation du travail a été profondément impactée.

Depuis 2020, ce sont les entreprises avec des systèmes d’information déjà solides qui ont pu rapidement et efficacement s’adapter.

Néanmoins, pour entériner cette évolution de l’organisation du travail, le déploiement d’outils logiciels solides est incontournable. La digitalisation des équipes Finance est indispensable pour accompagner ces évolutions à présent ancrées dans les habitudes des collaborateurs.

La mise en place d’une base de données centralisée unique, rassemblant les données Finance, RH et des opérations, construit la fondation de la transition digitale et de l’évolution des outils logiciels. Elle structure le socle d’un système d’information pertinent et toujours à jour.

En 2023, les DAF recherchent des logiciels pour faire évoluer, optimiser et fiabiliser les solutions mises en place dans l’urgence et accélérer la prise en compte des nouveaux besoins.

4. Organiser les nouveaux usages

La crise sanitaire et l’arrivée de la génération Z imposent de nouveaux modes de travail. Travail à distance, collaboration, autonomie, accès fluide aux données, mobilité, utilisation des outils personnels de productivité, sécurisation des données et des accès sont les maîtres-mots de ces évolutions.

Les entreprises sont désormais confrontées à la nécessité de supporter ces nouveaux usages qui transforment profondément leur organisation.

Par ailleurs, l’intégration en temps réel des informations financières optimise le travail collaboratif de votre équipe Finance. Cette base de données centralisée et le temps réel garantissent des informations toujours à jour et la certitude de l’utilisation des mêmes données de référence par tous les collaborateurs. Un accès fluide et sécurisé aux informations où que se trouvent les utilisateurs favorise un travail collaboratif efficace.

Des solutions de gestion en mode SaaS et le recours à des outils ERP Experts s’imposent pour adresser ces attentes de performance et de flexibilité.

5. Gérer le risque réglementaire et juridique

Les entreprises ont l’obligation de veiller au respect de la réglementation et au respect des lois en vigueur. La fonction finance est chargée de garantir la bonne application des réglementations et de surveiller les risques d’éventuelles infractions juridiques. Le manquement de conformité peut entraîner de lourdes conséquences financières et juridiques pour l’entreprise.

Chaque année, les directions financières doivent prendre en compte un nombre toujours croissant de nouvelles réglementations légales et fiscales. Cette gestion du risque réglementaire et juridique est très complexe et extrêmement chronophage.

Pour adresser ces contraintes réglementaires, les DAF s’orientent désormais vers des logiciels de gestion financière en mode SaaS. Avec une solution de gestion en ligne, c’est l’éditeur qui prend en charge cette conformité et la systématisation des mises à jour.

Le recours aux services de veille réglementaires des éditeurs de logiciels optimise cette conformité.

Néanmoins, le respect de la conformité ne suffit plus.

Par ailleurs, le directeur financier doit garantir la cohérence de l’ensemble des déclarations financières et fiscales de l’entreprise. En pratiquant des contrôles systématiques de conformité et des rapprochements automatiques, les DAF sont en mesure de réduire considérablement ces risques.

En faisant le choix d’outils de gestion financière en mode SaaS et de l’automatisation des contrôles, les directions financières s’affranchissent des contraintes de retraitement, de réconciliation et de gestion de la conformité réglementaire.

6. Anticiper la facture électronique

À partir du 1er janvier 2024, la facturation électronique et de la déclaration de TVA automatique deviennent obligatoires. Cette obligation s’étend jusqu’en 2026, en fonction de la taille des entreprises. En 2026, toutes les entreprises devront avoir mis en place une solution de dématérialisation fiscale.

L’adoption de la facture électronique bouscule profondément l’organisation des systèmes d’information. Les directions financières doivent anticiper ces réglementations. En effet, elles nécessitent une refonte importante des processus organisationnels de l’entreprise.

Le choix du logiciel de facturation est structurant pour une transition fluide. L’éditeur de la solution de gestion doit faciliter cette transition impactante pour l’organisation de l’entreprise.

7. Développer la communication extra-financière

Une véritable révolution des informations extra-financières est en marche. Au-delà des enjeux de 2023, c’est le modèle de performance extra financière et le dispositif de pilotage d’ensemble que les directions financières doivent revisiter. Intégrer les enjeux environnementaux, sociaux et gouvernementaux (ESG), dans la stratégie des entreprises devient crucial pour les Directions Financières.

Depuis 2001, les obligations de reporting ESG/RSE et de communication extra-financière n’ont cessé de croître.

La réglementation du CSRD (Corporate Sustainability Reporting) se durcit.

Dès le 1er janvier 2023, de nombreuses entreprises devront rendre compte de l’impact de leurs activités sur le climat et sur l’environnement.

Cette obligation de reporting concerne :

  • Toutes les entreprises cotées,
  • Et les entreprises atteignant 2 de ces 3 critères : 20 M€ de bilan, 40 M€ de chiffre d’affaires et 250 salariés.

Par ailleurs, ces règlements européens de taxonomie verte contraignent les entreprises à aligner leur reporting quel que soit leur secteur d’activité. C’est un changement culturel profond dans le rôle du DAF.

·

Conclusion sur les enjeux clés pour les directions financières en 2023

Déjà en première ligne sur de nombreux enjeux, les directions financières sont aujourd’hui attendues sur tous les fronts : depuis l’évolution des processus et la mise en œuvre de la transformation digitale de l’entreprise, jusqu’à l’accompagnement de la stratégie RSE.

Dans ce nouvel environnement économique, sanitaire et géopolitique, le rôle du directeur financier a considérablement évolué ces dernières années. Il occupe désormais une responsabilité beaucoup plus stratégique.

Cette tendance de fond lui fait aborder la performance financière de l’entreprise de façon beaucoup globale en alliant performance économique, résilience et développement durable.

En 2023, pour faire face aux enjeux clés, les directions financières privilégient l’accélération de la transition digitale. Les DAF mettent en place des outils de gestion financière en mode SaaS pour automatiser et optimiser les processus, renforcer la productivité et consolider la performance financière et extra-financière de l’entreprise.

Sur le même sujet :